Ouvrages

L’histoire de Pommier
 
“Située sur une colline détachée du plateau de Bonnevaux, le village de Pommier de Beaurepaire domine les vastes plaines du Liers et de la Bièvre, face aux Préalpes et aux Alpes qui se déroulent à l’horizon.”
 
A l’époque médiévale, Pommier appartient à la province du Dauphiné. Le 30 mars 1070, les dénommés Huges et Adémar, fils d’un noble et illustre chevalier nommé Bornon, donnent au monastère de Saint-Pierre-de-Vienne la manse de Saint-Marcellin dans la paroisse de Sainte-Marie-de-Pommier “ad Pommerium” et le diocèse de Vienne. Au XIIe siècle, un castrum de Pomeriis est mentionné. S’agit-il du même château que reconnaît tenir en fief d’Humbert, dauphin Viennois, Huges Adhémar de Monteil, seigneur de la Baronnie de Montauban, en 1924 ?

En 1345, le Dauphin Hubert donne compensation aux frères et fils de feu Péronnet de Pommier, pour avoir occupé leurs possession et fait construire un château et la “ville” de Pommier.

Deux significations possibless du toponyme de Pommier sont envisageables : un terrain planté de pommiers “Pommarium” ou, plus probablement, un point culminant fortifié “Pomers”, de “Pomerium”, lieu fortifié. Mais dans tous les cas, Pommier n’est pas le nom d’une famille seigneuriale.

Si des écrits nous renseignent relativement bien sur les événements postérieurs au XIVe siècle, en revanche, aucun texte n’atteste la présence d’un château primitif avant le castrum de Pomeriis au XIIe siècle et le chateau fort créé par le dauphin au XIVe siècle. Le coeur du village garde les traces d’une motte cadastrale : on peut penser qu’un château construite en bois et en terre précéda le château du dauphin, comme ce fut l’usage au XIe siècle. Toutefois, dans un texte daté du 23 février 1345, on apprend que le dauphin Humbert ordonne d’indemniser Jean Gonnet, Guillet et Durand, habitants de Pommier, d’une pièce de terre qu’on leur a prise pour bâtir le château de Pommier, sans les avoir dégrevés. En compensation de leurs possessions occupées pour cette construction, le dauphin donner à ces habitants la recette de certains impôts. Le château du dauphin est donc construit quelques années auparavant, sur des terrains vierges sans doute utilisés pour la culture.

Dans la province du Dauphiné, Pommier fait partie du mandement de Revel, vaste territoire qui correspond aujourd’hui à la moitié du canton de Beaurepaire. Le dauphin Jean II donne à Pommier le statut de mandement, avec pour paroisse Sainte-Marie de Pommier et appartenant au bailliage et à l’élection de la ville de Vienne.

Extrait de “La Chapelle de Tournin, Pommier de Beaurepaire” par Sabrina Masella et Mairie de Pommier de Beaurepaire, imprimerie des Deux Ponts, Bresson, dépôt légal décembre 2006. Livre consultable en Mairie.

ouvrage-dedie-a-la-chapelle-de-tournin