Compostage

Le compostage :
compostageLe compostage est un amendement naturel issu de la décomposition organique. Ce fertilisant améliore la qualité des sols en fournissant des éléments nutritifs aux plantes. La décomposition organique est naturelle : les éléments biodégradables sont transformés en humus grâce au travail de micro-organismes vivants (bactéries, champignons) ou de macro-organismes, principalement des vers et des insectes. Composter est très gratifiant  : il permet d’aider à préserver l’environnement par un recyclage direct et naturel d’une bonne partie des déchets, en allégeant ainsi le volume de la poubelle, et de cultiver son jardin, qu’il soit en plein air ou de salon, avec un fertilisant écologique.
 
Tout le monde peut composter ses déchets de cuisine !
Composter épluchures et fanes de légumes, de fruits, marc de café avec le filtre, coquilles d’œuf, serviettes papier, essuie-tout, bouquets fanés, …c’est réduire d’au moins d’un tiers le poids et le volume de sa poubelle, elle reste sèche et sans odeur.
Si 10 % des foyers isérois pratiquent le compostage (individuel ou collectif), c’est 6000 tonnes de déchets en moins à collecter, transporter et traiter. Cela représente environ 800 000 euros économisés par an pour les collectivités et donc pour les habitants.
— Dans les décharges, les déchets compostables (bio-déchets) sont sources de mauvaises odeurs, de méthane, de jus acides polluants pour les sols et l’eau.
— Dans les incinérateurs, ces mêmes déchets abaissent la température dans les fours et augmentent les émissions de dioxines.
 
Sont compostables, tous les déchets organiques non pollués, qu’ils soient déchets de cuisine, de maison ou de jardin.
Les déchets de cuisine : épluchures, coquilles d’œufs, marc de café, papier essuie-tout, filtresen papier, feuilles de thé avec le sachet, pain, laitages, croûtes de fromages, restes de viande, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés….
A éviter : les déchets plus longs à composter comme les os et les noyaux.
Ne sont pas compostables : les emballages d’aliments, pots de yaourts, les films plastiques alimentaires, les papiers gras.
Les déchets de maison : mouchoirs en papier, cendres de bois, sciures, copeaux, papier journal, plantes d’intérieur, les litières biodégradables.
Ne sont pas compostables : les couches culottes, les sacs aspirateurs, les litières animales non biodégradables, les mégots de cigarettes.
Les déchets de jardin : le gazon, les feuilles, fleurs fanées ou mauvaises herbes.
A éviter : les grosses branches, les plantes malades ou traitées chimiquement.
 
Les différentes façons de composter :
?Vous avez un grand jardin et disposez d’un volume important de déchets non valorisables par d’autres voies (paillage, chauffage, fagots…) avec des pics de production : le compost en tas est tout indiqué. Il est plus aisé à manipuler, que ce soit pour le monter, mélanger les matières, l’aérer, l’arroser, le retourner, prélever le compost mûr. La dimension du tas varie en fonction du volume des déchets disponibles.
Dépourvu de couvercle, il est recommandé de le protéger du dessèchement ou de l’excès de pluie ou neige.
?Votre jardin est plus modeste ou vous pratiquez beaucoup le paillage, il vous reste surtout les déchets de la cuisine à composter : vous opterez pour le silo (ou bac ) à compost.
Il prend peu de place et s’intègre facilement à proximité de la maison, car il faut penser à l’approvisionner par mauvais temps.
Il sera posé à même la terre et mi-ombragé si possible, Le couvercle permet de protéger le compost en formation du dessèchement comme des pluies abondantes, et des animaux errants. Les composteurs larges, droits et carrés, dont un des côtés peut s’enlever complètement seront plus pratiques d’utilisation. Ils peuvent très bien être fabriqués par soi-même, en bois.

?Vous habitez en appartement, lotissement… deux cas se présentent :

1 — des composteurs (généralement en bois car d’un volume plus conséquent) peuvent être installés à proximité et plusieurs foyers viennent y déposer leurs déchets de cuisine : c’est le compost partagé en composteur collectif. (des formalités et autorisations sont parfois nécessaires ! )
C’est du compostage ordinaire, mais avec l’aspect convivial en plus, dans la logique du développement durable qui marie l’écologie, l’économique et le social.
Un ou plusieurs référents, (personnes volontaires aimant la nature) organisent le compostage, assurent le relais auprès des usagers, sous la responsabilité et les conseils d’un guide-composteur ou d’un maître-composteur, afin de conforter es habitants dans leur pratique du compostage.
Des informations préalables, des réunions (inauguration, distribution du compost final…) contribuent à plus de convivialité et de bonnes relations de voisinage.

2 — Chaque foyer (ou ceux qui ne veulent pas participer au collectif) se procurent un lombricomposteur : il s’agit d’un mini composteur dont le principe de fonctionnement est simple, naturel, propre : on y introduit des vers rouges (les mêmes que ceux qui vivent dans un composteur d’extérieur) et avec les bactéries et champignons microscopiques qui viennent naturellement, les déchets organiques de cuisine sont transformés en compost (lombricompost) et liquide (lombrithé).
Le lombricomposteur est en général composé de plusieurs plateaux percés de trous (ou tamis) permettant aux vers de circuler entre les différents niveaux (déchets frais, déchets partiellement dégradés, compost final, récupération de l’engrais liquide)
Peu encombrant, il trouve sa place partout : garage, cave, cuisine, cellier, sous un escalier, balcon, terrasse (le protéger du gel en hiver et de la chaleur l’été)….
 

Le lombricompostage, c’est rigolo ! : cliquez ici
Ludique, éducatif, « écocitoyen », démonstratif, le lombricompostage est « branché ». Et c’est facile, propre, sain, sans risques pour la santé.

lombricompostageLes vers ne sont pas sales, pas nuisants ni dangereux.
Le fonctionnement du lombricomposteur, la croissance et la reproduction des vers deviennent vite des sujets de curiosité aussi fascinants et captivants qu’un élevage de poissons dans un aquarium
.

Robert Thivolle en a fabriqué deux, lors d’ateliers organisés par B.L.E. (Bièvre-Liers-Environnement) à Beaurepaire et La Côte St André qui sont en activité et en démonstration, pour toutes informations, n’hésitez pas à le contacter : cliquez ici
Sources d’informations : « Compost et paillis » de Denis Pépin (pour un jardin sain, facile et productif)et brochure du Conseil Départemental : « Vous habitez en appartement ? Compostez comme à la campagne »
Visitez le blog créé par les guides-composteurs de Bièvre : guides-composteurs-bievre.over-blog.com
Vous y trouverez de très nombreux articles classés par catégories ou par mois, des jeux de mots, des animations… des conseils …
Abonnez-vous, c’est totalement gratuit et vous serez avisés automatiquement de chaque parution.
Info : sur le prochain « flash info », nous vous présenterons l’atelier compostage mis en place dans le cadre des Nouvelles Activités Périscolaires pour les enfants et encadré par Robert Thivolle animateur de l’atelier et guide composteur.

 

Compost : un outil pédagogique pour les enfants
Compostage des déchets du restaurant scolaire : l’un des objectifs du Grenelle de l’Environnement : trois composteurs en bois,ont été placés à proximité du restaurant scolaire.
Ce site de compostage a été installé pendant les heures des Nouvelles Activités Périscolaires.

Robert THIVOLLE : guide composteur référent, président de l’association “ Les amis des lombrics” a expliqué aux enfants tous les avantages de composter les déchets et comment obtenir un compost de qualité.
Cet engrais naturel et gratuit sera ensuite utilisé dans le jardin pédagogique et pour les plantations de la Mairie : la notion d’éco-citoyenneté prend ici tout son sens.

 

compost

Infos SICTOM Cliquez ici